La transmission du coronavirus (Covid-19)

Le site covid-19-pandemie.com

le nom de domaine covid-19-pandemie.com est à vendre.

Choix du siège dans l'avion

Les gens sont plus contagieux lorsqu'ils présentent des symptômes (même légers ou non spécifiques), mais peuvent être contagieux jusqu'à deux jours avant l'apparition des symptômes (transmission pré-symptomatique).

Ils restent infectieux environ sept à douze jours dans les cas modérés et en moyenne deux semaines dans les cas graves. Les gens peuvent également transmettre le virus sans présenter de symptôme (transmission asymptomatique), mais on ne sait pas à quelle fréquence cela se produit.  Un rapport de juin 2020 a révélé que 40 à 45% des personnes infectées étaient asymptomatiques. COVID-19 se propage principalement lorsque les gens sont en contact étroit et qu'une personne inhale de petites gouttelettes produites par une personne infectée (symptomatique ou non) en toussant, en éternuant, en parlant ou en chantant.
L'OMS recommande 1 mètre (3 pieds) de distance sociale, les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) américains recommandent 2 mètres (6 pieds).
La transmission peut également se produire par des aérosols, des gouttelettes plus petites capables de rester en suspension dans l'air pendant de plus longues périodes. [24] Certaines procédures médicales effectuées sur des patients COVID-19 dans des établissements de santé peuvent générer ces gouttelettes plus petites. Certaines flambées ont également été signalées dans des endroits intérieurs surpeuplés et insuffisamment ventilés où les personnes infectées passent de longues périodes (comme des restaurants et des boîtes de nuit).
La transmission d'aérosols dans de tels endroits n'a pas été exclue.

Réponse de l'OMS

Lien : https://www.who.int/fr/news-room/q-a-detail/q-a-how-is-covid-19-transmitted

Que sait-on de la transmission par les aérosols ?

Certains actes médicaux peuvent produire de très petites gouttelettes (appelées noyaux de gouttelettes aérosolisées, ou aérosols) qui sont capables de rester en suspension dans l’air pendant des périodes plus longues. Lorsque de tels actes médicaux sont pratiqués sur des personnes atteintes de COVID-19 dans les établissements de santé, ces aérosols peuvent contenir le virus de la COVID-19. Ces aérosols peuvent être inhalés par d’autres personnes si ces dernières ne portent pas l’équipement de protection individuelle approprié. Par conséquent, il est essentiel que tous les agents de santé qui réalisent ces actes médicaux prennent des mesures de protection spécifiques contre la transmission aérienne, notamment l’utilisation d’équipements de protection individuelle appropriés. Les visiteurs ne devraient pas être autorisés à pénétrer dans les zones où l’on pratique de tels actes médicaux. Des flambées de COVID-19 ont été signalées dans certains espaces fermés, comme les restaurants, les boîtes de nuit, les lieux de culte ou les lieux de travail où les gens sont susceptibles de crier, de parler ou de chanter. Dans ces flambées, la transmission par aérosols ne peut être exclue, en particulier dans ce genre de lieux en intérieur où il y a beaucoup de monde dans des espaces insuffisamment ventilés où des personnes infectées peuvent passer de longs moments avec d’autres. Il est urgent de conduire d’autres études pour enquêter sur ces situations et évaluer leur importance au regard de la transmission de la COVID-19.


Lorsque les gouttelettes contaminées tombent sur les planchers ou les surfaces, elles peuvent, bien que moins fréquemment, rester infectieuses si les personnes touchent des surfaces contaminées, puis leurs yeux, leur nez ou leur bouche avec des mains non lavées. Sur les surfaces, la quantité de virus actif viable diminue avec le temps jusqu'à ce qu'il ne puisse plus causer d'infection, et les surfaces ne sont pas considérées comme le principal moyen de propagation du virus.
On ne sait pas quelle quantité de virus sur les surfaces est nécessaire pour provoquer une infection via cette méthode, mais elle peut être détectée jusqu'à quatre heures sur le cuivre, jusqu'à un jour sur le carton et jusqu'à trois jours sur le plastique (polypropylène) et l'acier inoxydable. acier (AISI 304).
Les surfaces sont facilement décontaminées avec des désinfectants ménagers qui détruisent le virus à l'extérieur du corps humain ou sur les mains.

Le 24 avril 2020, lors de son point presse quotidien sur la pandémie, Donald Trump a suscité un tollé en suggérant des injections de désinfectant comme l’eau de Javel pour contrer le Covid-19. Le président américain a tenté de se rattraper en plaidant l’ironie et en accusant la presse d’avoir sorti ses propos de leurs contextes, mais son intervention a suffi à semer le trouble.

Les crachats et la salive sont porteurs de grandes quantités de virus. Bien que COVID-19 ne soit pas une infection sexuellement transmissible, les baisers et les contacts intimes sont soupçonnés de transmettre le virus. Certaines procédures médicales génèrent des aérosols et entraînent une transmission du virus plus facile que la normale. Le COVID ‑ 19 est une nouvelle maladie, et de nombreux détails de sa propagation sont toujours à l'étude. Il se propage facilement entre les personnes - plus facilement que la grippe, mais pas aussi facilement que la rougeole et il est allégué que le virus est probablement en suspension dans l'air, tandis que les résultats expérimentaux montrent que le virus peut survivre en aérosol jusqu'à trois heures.

Sources :

https://www.ecdc.europa.eu/en/covid-19/questions-answers